Maurice ARNOUX est né le 7 septembre 1895 à Montrouge. Son père, d’origine franc-comtoise, est secrétaire de section au Conseil d’Etat.

Tout petit, Maurice montre un intérêt certain pour la construction mécanique et le mouvement des machines. A 13 ans un spectacle le marquera particulièrement, c’est le premier vol de Paulhan en 1908. Il vient de trouver sa vocation. Jusqu’à l’âge de 16 ans, Maurice poursuit ses études au lycée Michelet à Vanves. Dès qu’il le peut, il quitte le lycée et commence des études spéciales à l’école d’électricité et de mécanique industrielle de la rue Violet à Paris. En 1912, il a alors 17 ans, il connaît une grande joie : un baptême de l’air qui ne fait que le renforcer dans sa vocation. Deux ans plus tard, c’est la guerre. La « Grande guerre ». Maurice ne songe qu’à une chose, s’engager. Malheureusement il est déclaré inapte pour « mauvais fonctionnement du coeur ». Il n’accepte pas ce diagnostic, il ne renonce pas, alors il se débrouille, et il réussit à se faire affecter au 2ème groupe d’aviation stationné près de Lyon.

Le 1er mars 1915 il est affecté à l’escadrille M.F. 99 et est désigné comme conducteur-mécanique d’un des pionniers de l’aviation : Louis Paulhan. Ils sont envoyés dans les Balkans où ils passent une quinzaine de jours à la frontière roumaine. Rentré en France en 1916, Maurice fait sa demande pour être élève-pilote. Le 18 février son dossier est accepté et il est affecté à la 4ème compagnie à Dijon. Après examen, le voilà désigné pour l’école d’Etampes. Il est breveté pilote, son rêve désormais, voler dans le ciel de Verdun. Il sera exaucé. Et il connaîtra, au-dessus des tranchées ennemies, son baptême du feu. Affecté à l’escadrille de chasse « Nieuport 49″ il accumule les citations. Il obtient la Médaille militaire, la Croix de guerre et est fait Chevalier de la Légion d’Honneur. Après la guerre il se marie à trois enfants et devient industriel à Montrouge, il crée aussi dans cette ville un aéro-club. Il participe à de nombreuses courses et bat de nombreux record (coupe Dunlop, Zénith et record d’altitude).

En 1939, à la mort de son père, il est élu Maire de Chamarande. Aimé et apprécié il montrera dans la gestion de sa commune autant de courage que celle qu’il affiche dans le ciel. Quand la guerre est déclarée, Maurice rejoint son poste de mobilisation au 3ème groupe d’aviation de chasse. En juin 1940 Maurice Arnoux est décoré de la Croix de guerre avec palme, elle vient coiffer celle de 14-18. Quelques jours plus tard, il est cité à l’ordre de l’armée. Le 6 juin 1940, vers seize heures, le Morane 406 CN 132 d’Arnoux passe en rase-motte au-dessus d’Angivillers (Oise). En direction de sept chasseurs ennemis. Une lutte inégale. Elle durera plus de dix minutes pourtant. Sans doute sérieusement blessé, Arnoux a piqué vers le sol, train d’atterrissage sorti, pour essayer de se poser… En vain : le Morane, après avoir touché une petite colline, ira s’écraser dans un champ. Les sept chasseurs ennemis viendront parachever leur œuvre en mitraillant les pauvres restes.

Sa dernière citation a titre posthume :
 » Officier d’élite et aviateur prestigieux, mort pour la France en combat aérien après avoir servi l’aviation et son pays de façon éclatante. Cité huit fois à l’ordre pendant la guerre de 14-18, devient en temps de paix, dans les compétitions internationales, un pilote de réputation mondiale. Ayant repris, en 1939, sa place dans un groupe de chasse, fit l’admiration de ses camarades plus jeunes par ses hautes vertus morales et sa remarquable virtuosité professionnelle. Trouva le 6 juin 1940 une mort glorieuse dans un combat inégal contre sept adversaires donnant à une carrière exceptionnelle le couronnement d’une fin chevaleresque ».